Cours de l’Or : brisons les chaines de notre servitude volontaire.

Cours de l’Or : brisons les chaines de notre servitude volontaire.

Une obligation est une dette émise par un état. C’est par le biais des obligations que les états empruntent de l’argent pour investir dans la relance économique.
Cette dette est un prêt, soumis à une échéance dans le temps et donnant droit à un intérêt fixe. Alors, si un état émet une obligation de 100 euros sur 10 ans, avec un taux d’intérêt à 2% ; vous pourrez prétendre à un ‘coupon’ de 2 euros par an et vous serez remboursé des 100 euros à terme.

 

En théorie, les taux d’intérêt varient en fonction du risque ; mais le but est d’attirer le plus d’investisseurs avec des taux d’intérêt attractif. Le risque correspond à la crainte que l’émetteur de l’obligation ne puisse pas rembourser. Plus le risque de défaut est élevé et plus l’émetteur devra proposer une prime de risque importante.

 

Le détenteur de l’obligation n’est pas tenu de la conserver jusqu’à terme. La bourse permet l’échange de ces titres en cours de vie. Le prix de l’obligation peut varier jusqu’à son terme, en fonction de l’offre et de la demande ; ainsi que son taux d’intérêt.

 

Si de nouvelles obligations sont émises et que les taux d’intérêt baissent, le prix des anciennes obligations augmentera. A l’inverse, si de nouvelles obligations sont émises à des taux plus haut que les anciennes, le prix des anciennes baissera.

 

Une bulle obligataire se forme quand les taux d’intérêt sont bas. Depuis 2012, les taux d’intérêt des états, ou ceux des Banques Centrales, ont constamment été baissés pour éviter la déflation.

Le risque de ‘krach obligataire’ viendra quand il y aura une hausse des taux, qui sonnera la baisse du prix des anciennes obligations.

 

Aujourd’hui, la crise obligataire est sans doute le risque majeur qui plane sur l’économie à moyen terme. Une hausse des taux provoquerait une panique à la vente. Le précédent krach obligataire a eu lieu en 1994.

Jusqu’alors, les taux avaient été maintenus artificiellement bas. Ils furent remontés pour contrer la renaissance de l’inflation et cela créa un krach obligataire.

 

Le 4 février 1994, la FED mit fin à l’ère du crédit à taux bas. Depuis 1989, les taux avaient été maintenus bas pour relancer l’économie et cela permit de réduire l’endettement des particuliers et des entreprises.
Un petit relèvement des taux, puis d’autres amenèrent les taux de la FED de 3% à 6% en un an.

Les capitaux qui avaient été investis par un emprunt à 3%, furent retirés des marchés sur lesquels ils étaient investis, pour se placer sur les nouvelles obligations à 6% ; simplement parce qu’elles offraient un rendement supérieur. S’en suivit une crise de liquidité. Les investisseurs obligataire bradaient les anciennes obligations engageant un cycle de pertes importantes.

 

La distorsion du marché obligataire actuelle est similaire à celle de 1994. Les états cherchent à stimuler l’inflation pour l’octroi de crédits à faible rendement. Toutefois, lorsque l’inflation reviendra, il sera nécessaire de remonter les taux. Sinon l’hyperinflation s’abattra sur l’économie.

Dans tout les cas, cela fait maintenant 10 ans que ces politiques monétaires sont en place. En 2016, la FED essaya de remonter ses taux ; créant une crise de liquidité.
Ainsi, de politiques monétaires inefficaces en politiques monétaires destructives, ils creusent le trou de nos tombes ; car nous devrons payer pour ces erreurs. Le prix de ces erreurs sera des contraintes néfastes sur notre mode de vie et sur nos familles.

Il est urgent de se tourner vers les actifs qui protègent car cela fait trop longtemps que chacun à renoncer à la liberté. 

 

Brisez les chaînes de votre servitude volontaire très simplement

 

Achetez de l’Or

 

«  Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres. Je ne veux pas que vous le poussiez ou l’ébranliez, mais seulement ne le soutenez plus, et vous le verrez, comme un grand colosse à qui on a dérobé sa base, de son poids même fondre en bas et se rompre » 

 

 

Etienne de la Boetie

Mathieu AMACHER

Lien de l'article : Cours de l’Or : brisons les chaines de notre servitude volontaire.

Ajouter un commentaire

 

COMMENT ACHETER

AVANTAGES

  • Pièces sous scellés
  • Livraison sécurisée
  • Prix compétitifs
  • Transactions sécurisées
  • Agréé par la Banque de France

CONTACTEZ-NOUS

CHANGE DE LA BOURSE
28 rue Vivienne, 75002 Paris
Tel : 01 40 28 11 11
Ouverture : Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30

ENVOYER UN MESSAGE


OR

51,94 €/g

ARGENT

0,67 €/g