Cours de l’Or : qu’est ce que la monnaie fiduciaire ?

Cours de l’Or : qu’est ce que la monnaie fiduciaire ?

La fiducie est un terme issu du latin qui signifie ‘confiance’. Dans notre cas, il s’agit donc d’une monnaie « qui est fondée seulement sur la confiance accordée à celui qui l’émet. » (Dictionnaire Larousse).

 

A l’aube d’une année 2021 qui va sans doute rester dans les annales monétaires, elle sera la conséquence d’une année 2020 chaotique. Les bilans des Banques Centrales Américaine (FED) et Européenne (BCE) ont augmenté de 50%. Pour résumer, on simplifie les dires en notant que 50% des dollars américains (USD) ainsi que 50% des euros (EUR) en circulation actuellement ont été créés seulement pendant l’année 2020.

 

 

Pourquoi pas les crypto monnaie ?

 

Un produit qui pourrait se substituer à l’Or est le Bitcoin (ou les autres crypto monnaies). Toutefois, aucune nation n’a encore légalisé sa possession ; aucune Banque Centrale n’en possède en portefeuille.
Les Banques Centrales essaient de créer leurs propres monnaies digitales. Cela ne sera sans doute qu’une autre monnaie de singe. Le temps aussi leurs manquera pour pouvoir l’introduire pendant l’année 2021.
Le regain d’intérêt pour les crypto monnaies est tout à fait normal puisque les gérants de fonds d’investissements comprennent que l’offre de monnaie est gigantesque par rapport aux besoins de l’économie. Il s’agit presque de l’expression de la fuite des marchés boursiers ou obligataires qui n’offrent plus de rendement. L’attrait est purement spéculatif.
Seulement, il s’engouffre sur un produit dont le cadre est encore flou. Le risque est insensé. Lorsque cette bulleéclatera et qu’il n’y aura que des vendeurs et plus aucun acheteur en face. 
L’attrait monétaire des crypto monnaies ne pourra se faire que si elles deviennent plus stables.

 

Faut-il garder des monnaies en épargne ?

 

Pour ce qui est de la monnaie comme nous l’avons connue ces dernières années, nous sommes à la fin, ou au début, d’un cycle monétaires. Quand le prix des bourses grimpent sans que les rendements des actions progressent : c’est un signe ; un signe de baisse du pouvoir d’achat de la monnaie. Quand le prix d’actif sans rendement réel atteint des sommets, alors les agents économiques se débarrassent de la mauvaise monnaie ; à tout prix.
Il n’y a plus de risque d’investir car les Banques Centrales sont toujours là pour rattraper le couteau qui tombe. Les médias traditionnels nous informent tout les mois du taux d’inflation sans vraiment instruire les masses qui les regardent. « L’inflation est élevée ; l’inflation est faible », cette information ne signifie rien du tout ; et surtout la méconnaissance de sa définition induit tout le monde en erreur.
Il en va de même pour la statistique de la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) ; qui semble être la mesure de la santé de l’économie. Mais qui sait réellement ce qui se cache derrière ce chiffre et quel est le calcul pour parvenir au résultat ?

En fait, personne ne sait et cela convient à tout le monde. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Les gouvernements parlent d’aide monétaire à hauteur de 1 000 milliards d’USD. D’autres suivrons toujours plus importants car dans la théorie économique moderne : le keynésianisme, il n’y a rien d’autre à faire ; sinon tout laisser tomber.
La doctrine générale est de croire que les devises sont des réserves de valeur. Les Banques Centrales possèdent entre elles des quantités astronomiques de devises étrangères. Le dollar est considéré comme la monnaie internationale depuis près de 80 ans.
Toutefois, ces réserves de devises sont adossées à un taux d’intérêt monétaire, ou différence d’inflation entre les devises, ou taux d’intérêt directeur des Banques Centrales. Il n’y a aucun avantage à posséder une monnaie qui rapporte 1% (voir moins) d’intérêt, si les pertes liées à l’inflation sont le double, le triple, …. 
Alors, les réserves accumulées pendant des années vont se déverser sur les marchés engendrant une hausse des prix inévitable ; mais pas sur tous les actifs, uniquement ceux de la psychologie fiduciaire du cerveau reptilien.

 

 

Pourquoi l’Or et l’Argent monétaire

 

L’adhésion de l’Or et de l’Argent comme unique échappatoire est encore très faible. 
Il ne faut pas compter sur les produits dérivés ou sur les sociétés du secteur car les bénéfices ne sont pas immédiats et la protection peu importante. Les seuls détenteurs de pièces et de lingots comprennent le risque actuel.  Il y aura toujours un temps de transition d’une monnaie papier s’effondrant à une autre qui émerge.
Dans les périodes troublées, post-modernes, pendant lesquelles la régression des avancées sociales se met en marche, que le fossé se creuse entre les possédants et les possédés, les populations ne font confiance plus qu’en elles-mêmes. Le genre humain retourne vers une sorte d’instinct primaire et païen.
Chaque génération fait son temps. Nous atteignons l’âge de nos parents. Nous regardons les photos de nos ancêtres et nous nous rendons compte qu’ils ont connu les mêmes joies et les mêmes peines que nous ; ils ont aussi connu l’amour. Nous ne sommes rien et pourtant nous faisons partie d’un tout. C’est l’héritage de la terre ; c’est l’héritage de notre espèce.

 

Nous n’inventons rien, cet héritage nous enseigne que l’Or est le Sol Invictus.

Lien de l'article : Cours de l’Or : qu’est ce que la monnaie fiduciaire ?

Ajouter un commentaire

 

COMMENT ACHETER

AVANTAGES

  • Pièces sous scellés
  • Livraison sécurisée
  • Prix compétitifs
  • Transactions sécurisées
  • Agréé par la Banque de France

CONTACTEZ-NOUS

CHANGE DE LA BOURSE
28 rue Vivienne, 75002 Paris
Tel : 01 40 28 11 11
Ouverture : Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h

ENVOYER UN MESSAGE

LE RACHAT DE VOTRE OR



OR

47,95 €/g

ARGENT

0,61 €/g