Marché des devises – le dollar US sous pression pourrait il amorcer une baisse ?

Marché des devises – le dollar US sous pression pourrait il amorcer une baisse ?

La file de domino commence à tomber. Le Covid précipite le monde économique dans l’incertitude. La récession qui débute se propage à touts les pans de l’économie. 

Il est bien normal d’observer de plus près les Etats-Unis , la première puissance mondiale depuis 100 ans, sous un jour critique. 

Economie la plus résiliante jusqu’à maintenant afin de maintenir son taux de croissance, elle approfondit ses efforts d’assouplissement monétaire à l’ensemble des actifs économiques.

La FED achète toujours plus avec de la monnaie créée ex-nihilo. Suivant toutes les théories monétaires, cela devrait affaiblir le dollar US.

Point sur la parité Euro/Dollar US (EUR/USD)

La monnaie unique européenne a été instaurée dans 11 pays en 1999 ; puis l’union monétaire s’est étendue à 19 pays en 2015. Les pièces et les billets ont été introduits en 2002.

A son introduction, la parité EUR/USD était de 1,0936 en moyenne en 1999. Un an plus tard, elle atteignait un plus à 0,8227 ; une baisse de près de 25%.

De 2001 à 2008, la parité s’est appréciée en faveur de l’euro. En juillet 2008, elle culminait à EUR 1 = USD 1,6038 ; une hausse de près de 95%.

Une tendance baissière a alors débuté pour l’Euro. 

En janvier 2017, la parité s’établissait à EUR 1 = USD 1,034 ; soit une baisse de plus de 35%.

Depuis la tendance semble à nouveau s’être inversée en faveur de l’Euro, dans des proportion moindre. Alors que ces lignes sont rédigées, la parité est de EUR 1 = USD 1,1312. 

Toutes proportions gardées, la tendance du dollar est la même dans les autres devises.

Suivant l’analyse graphique, nous sommes en droit de penser que l’USD débute un cycle de baisse. Ce cycle a commencé en février 2017.

La monnaie comme arme économique et créateur de croissance

Ces dernières années, les Etats-Unis se sont servis de leurs monnaies pour réprimer les pays contestataires de sa suprématie. Elle a influé sur l’offre de l’USD de plusieurs façons pour y parvenir. Egalement, il faut garder en tête que l’USD est la principale monnaie de réserve depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Jusqu’à récemment, les pays ne pouvaient emprunter qu’en USD pour pouvoir émettre de la monnaie nationale.

Tout d’abord, à partir de 2008,  les USA ont augmenté l’offre de monnaie pour pallier au manque de liquidité suite à la crise des sub-primes. Cela a eu pour conséquence d’augmenter la monnaie en circulation et a débouché sur une baisse de la parité de l’USD face aux autres monnaies.

A partir de 2014, les USA ont diminué leurs offres de monnaie. Cela a eu plusieurs conséquences. Dans un premier temps, un renforcement de l’USD face aux autres monnaies. 

Après un cout d’emprunt plus important pour les pays qui avaient emprunté alors que l’USD était plus bas. Ainsi les pays emprunteurs ont du dévaluer leurs monnaies pour pouvoir faire face aux échéances de remboursement d’USD, renforçant d’autant plus la force de l’USD.

Le renforcement de la parité de l’USD a eu des conséquences sur les marchés américains : cela a diminué les exportations et a affaiblit la vigueur de la croissance économique américaine.

Cela eu pour conséquence de créer une crise de liquidité sur les marchés monétaires à terme. En octobre 2018, les USA ont alors connu un mini-krach boursier et l’indice boursier DOW JONES perdit près de 20% en 3 mois. La FED décida tout de suite de baisser ses taux pour stimuler l’offre de monnaie ; alors qu’elle souhaitait les remonter.

Egalement, en 2018, les accords sur la réglementation bancaire de Bâle 3 ont été ratifiés. Pour ce qui nous intéresse, ces accords ont donnée plus de place pour d’autres monnaies et pour l’Or en tant que réserve de monnaie. Ainsi, l’USD perd son plus grand débouché. Les pays commencent alors un cycle de dédollarisation ; diminuant leurs demandes d’USD 

Enfin, en 2020, la crise du Covid força à nouveau la FED à abaisser ses taux au maximum pour stimuler l’offre.

Ou va t on ?

Le point de départ du nouveau cycle baissier de l’USD débute en 2016. Cette année là, l’indice DJI montra ses premières faiblesses. Depuis 2008, la création monétaire sur l’USD n’a jamais vraiment cessé. Et depuis 2016, elle a repris de plus belle.

Afin de simuler une croissance économique, l’état américain se sert de toutes les armes disponibles. Et la monnaie semble avoir été efficace jusqu’à maintenant.

Dans les faits, ces dernières années, l’offre d’USD augmente et la demande baisse.

Pour les prochains termes, les USA vont devoir faire face à un défi majeur (comme toute les économies occidentales). Depuis nombres d’années, ce pays importe beaucoup de marchandise depuis l’étranger et en exporte peu. Elle équilibre ses échanges avec l’extérieur en payant en dollar US. Ainsi la création monétaire des USA est siphonnée par son déficit extérieur. Le risque est le manque de liquidité sur le marché intérieur ; entrainant une déflation.

D’un point de vue géopolitique, cela mènerait à une baisse des prix sur le marché nationale des USA ; et une augmentation des avoirs des pays extérieurs. Le prix des actifs devenant moins cher, ils seraient rachetés par les pays extérieurs plus facilement. En définitive, les profits des sociétés US finiraient par être exportés rendant un hypothétique retour à la croissance économique plus longue et douloureuse.

Un effet d’accordéon qui débuterait par une déflation puis une inflation ; voir hyperinflation au détriment des USA.

Les assouplissements monétaires n’ont d’autres buts que de maintenir la valeur des actifs hauts pour qu’ils ne soient pas la proie d’acquisitions extérieures.

Les USA sont dans une spirale monétaire qui se soldera sans nul doute par la ruine du pays et une limite qui tendra vers zéro pour la valeur de leur monnaie.

Sa seule échappatoire sera l’annulation de sa dette extérieure ; le journalisme d’état nous met d’ailleurs la puce à l’oreille sur ce point. 

Comme pour les emprunts russes en 1917, les USA nous prouverait que capitalisme et communisme ne forment qu’une seule et même unité économique.

AUTEUR : Mathieu AMACHER

Lien de l'article : Marché des devises – le dollar US sous pression pourrait il amorcer une baisse ?

Ajouter un commentaire

 

COMMENT ACHETER

AVANTAGES

  • Pièces sous scellés
  • Livraison sécurisée
  • Prix compétitifs
  • Transactions sécurisées
  • Agréé par la Banque de France

CONTACTEZ-NOUS

CHANGE DE LA BOURSE
28 rue Vivienne, 75002 Paris
Tel : 01 40 28 11 11
Ouverture : Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30

ENVOYER UN MESSAGE


OR

51,14 €/g

ARGENT

0,53 €/g